Lisa

Lisa Lovatt-Smith défend et protège l’enfance au Ghana, elle vient de publier un livre qui retrace sa vie « Who Knows Tomorrow » , son passage du monde de la mode à celui des enfants du Ghana.
Lisa fût la plus jeune Rédactrice en Chef de Vogue à 22 ans, et la plus jeune Directrice de Mode chez Condé Nast.
Quelques années plus tard, elle décide de tout quitter, vend tous ses biens et change de vie pour la dédier à son ONG OrphanAid Africa au Ghana.
Lisa Lovatt-Smith nous rend visite en Normandie de temps en temps, j’en profite pour lui demander comment elle a rencontré Thierry Pic.

Une belle rencontre

En 1989, Thierry créé sa première agence en Normandie dont le but était d’ouvrir des propriétés historiques aux événements d’entreprises.
De nombreux propriétaires ont répondu à l’appel, certains pour des réceptions, d’autres pour des réunions et d’autres encore, plus réticents uniquement pour que leur maison, château ou manoir, serve de cadre à des séances photos pour la presse Mode et la publicité.
A cette époque, pas d’internet, il faut donc constituer un book, mettant en avant la sélection de propriétés et aller démarcher les principales rédactions et agents de photographes à Paris. Un jour, il arrive chez Vogue Espagne et c’est là je crois que vous vous êtes rencontrés.

A l’époque de Vogue Espagne

« Oui, je voyais ce garçon présenter des photos à mon assistante je me suis approchée d’eux et j’ai regardé et j’ai dit c’est magnifique, c’est où ? je veux ça ! c’était Champ de Bataille non ?
A l’époque de Vogue Espagne (dont le siège était à Paris, rue Saint Dominique), nous avions un nouveau magazine NOVIA VOGUE, dédié aux mariages. Il y avait une forte demande et un marché intéressant à développer autour des robes de mariées. Les robes étaient très travaillées, assez chargées, très espagnoles et dans ma tête je savais qu’il fallait les présenter dans des lieux qui leur donneraient plus de noblesse et de la patine, un décor de film. Les premiers mannequins que j’ai bookées pour les photos c’était Caméron Diaz et aussi Maïwenn : à l’époque elles débutaient c’est rigolo !
Lorsque j’ai vu le book de Thierry, cela correspondait exactement ce que je recherchais.

La lumière en Normandie est tellement belle !

Nous avons développé une collaboration pour plusieurs de mes magazines, on l’appelait Mister Chateaux quand il arrivait à la rédaction. Thierry avait la même sensibilité que moi, il savait exactement ce qu’il nous fallait, il préparait le terrain, il anticipait.
J’en garde un très bon souvenir, des lieux incroyables avec des gens adorables. Il y a tellement de beaux endroits en Normandie on devrait faire plus de photos et de films, la lumière ici est tellement belle !».

L’âme des lieux n’est pas sur internet

A l’époque il n’y avait pas internet, aujourd’hui tout le monde peut y trouver ce qu’il veut lors de la recherche de cadres pour des prises de vue, non ?

« Je ne suis pas du tout d’accord, à l’époque comme aujourd’hui, dans les rédactions, nous n’avons pas le temps d’envoyer du staff en repérage partout, nous avons grand besoin de quelqu’un qui connaisse le terrain qui comprenne ce que l’on veut et l’esprit du rendu final du shooting. La sensibilité, l’œil, c’est très important et dans les rédactions on est super exigeant et on court partout.
Sur internet on voit des photos et ça ne veut rien dire, les lieux sont emprunts d’histoire, les pierres, les jardins, la lumière, les angles de vues, les perspectives, l’âme des lieux ne se voient pas sur internet, il faut quelqu’un qui le traduise pour que nous puissions préparer les équipes, les photographes, les mannequins, les journalistes ».

MERCI LISA.
(Propos recueillis par Caroline Pic)

Who Knows Tomorrow

Invitation OA 2015-03-02

Aujourd’hui Lisa Lovatt-Smith est basée a Paris, elle voyage entre le Ghana et les différents bureaux de Orphanaid Africa, son livre “who knows tomorrow » qui fût  traduit dans le monde entier. une adaptation de sa biographie au cinema est aussi en préparation. Nous avons eu la chance d’apporter notre aide à Lisa à l’occasion de la sortie de son livre en France lors d’une réception à l’hôtel Montalembert.

Si vous souhaitez aider Lisa dans ses actions, n’hésitez pas à devenir donateur mensuel auprès d’OAfrica : http//:www.oafrica.org